jeudi 8 décembre 2011

Le Chat Potté - Chris Miller (II)

13 commentaires
Le Chat Potté
Film d'animation Américain
Réalisé par Chris Miller (II)
Titre Original : Puss in Boots
Année : 2011
Durée : 1h30
Avec les voix originales de : Antonio Banderas, Salma Hayek, Zach Galifianakis, Guillermo del Toro...

Le week-end dernier, mon chéri et moi sommes allés au cinéma pour suivre les aventures du Chat Potté, personnage pour le moins attachant qu'on a pu découvrir dans "Shrek"! Le film se déroule avant sa rencontre avec l'ogre vert et nous permet de découvrir, entre autre, d'où lui viennent ses bottes, et son nom! On en apprend un peu plus sur ce personnage pour le moins charismatique et rien que pour ces raisons, le film méritait de voir le jour. Et il n'a pas été bâclé du point du vue graphique, c'est vraiment beau, la réalisation est soignée et la 3D plutôt bien exploitée (bien que j'ai toujours du mal à adhérer vraiment à la 3D). On fait également la connaissance de nouveaux personnages dont Kitty Pattes de Velours et Humpty Alexandre Dumpty, oeuf et ami d'enfance du Chat, sans oublier la "Mama" du matou même si on ne la voit pas énormément. Et autant, j'ai beaucoup aimé Kitty, autant j'ai eu du mal à apprécier l'Oeuf. Je ne saurais pas dire pourquoi, mais y avait un truc chez lui qui m'énervait à chacune de ses apparitions. J'ai peut-être juste du mal avec les oeufs..

En dehors de ça, le film est assez drôle mais pourtant pas autant que les premiers "Shrek". En fait, il souffre de quelques scènes un peu longues, voire un peu lourdes. Et certaines scènes n'ont clairement pas été faites à des fins comiques. Du coup, le rythme est assez irrégulier mais soutenu par une musique espagnole assez sympa. Et finalement, ce sera un chat qu'on aperçoit 3 fois qui m'aura fait le plus rire (oooohhhh!), et certains jeux de mot (Chasanova ♥). En revanche, s'il n'y a aucune référence directe à "Shrek", "Le Chat Potté" reprend le côté conte de fées qui a fait le succès de la quadrilogie dont il est le spin-off. En effet, les contes de "Jack et le haricot magique" ou encore celui de "La poule aux oeufs d'or" sont facilement reconnaissables. Du coup, ça rend ce film très enfantin alors que certaines répliques seront sans doute trop subtiles pour être comprises par les plus jeunes. Difficile donc de savoir à quel public il s'adresse exactement. Mais bon, c'est un film à voir quand même, ne serait-ce que parce que le regard du Chat Potté est encore plus irrésistible quand il n'est encore qu'un châton ♥

*Maou*

C’était bien avant que notre mythique Chat Potté ne croise la route de Shrek… Le légendaire félin, et non moins redoutable amant, s’était alors embarqué dans un périple riche en rebondissements, avec la ravissante et rusée Kitty Pattes de Velours et Humpty Alexandre Dumpty, véritable "cerveau" de l’opération. Leur objectif : s’emparer de la fameuse Oie aux Œufs d’Or pour sauver la ville où le Chat Potté a grandi. Voici l’histoire véridique du Chat, du Mythe, de la Légende et… des Bottes !





Rendez-vous sur Hellocoton !

Summer Wars - Mamoru Hosoda

2 commentaires
Summer Wars
Film d'animation Japonais
Réalisé par Mamoru Hosoda
Année : 2010
Durée : 1h54
Avec les voix originales de : Ryunosuke Kamiki, Patrick Mölleken, Nanami Sakuraba...

Voilà bien longtemps que je ne mettais plus les pieds ici. Mais la période des exposés, dissertations et autres travaux tout aussi intéressants étant passée, je peux enfin consacrer un peu de temps à ce blog, et surtout, mes instincts de geekette peuvent reprendrent le dessus! Donc, je reviens doucement mais sûrement avec "Summer Wars", un long métrage d'animation de Mamoru Hosoda sorti en 2009. Je connaissais déjà son réalisateur qui n'est autre que celui de "La traversée du temps" que j'avais juste adoré. Du coup j'ai trouvé que "Summer Wars" était un tout petit peu moins bien. Peut-être parce que je l'ai trouvé un peu trop bizarre ou WTF à certains moments.

Kenji Koiso est invité par la jolie Natsuki Jinnouchi dans sa grande demeure familiale pour l'aider à organiser l'anniversaire des 90 ans de sa grand-mère. Mais très vite, il va se rendre compte que la jeune fille lui a fait cette proposition uniquement dans le but de lui faire jouer le rôle du petit-ami. Durant la première nuit, il reçoit un étrange message sur son portable, une sorte d'équation mathématique qu'il passe la nuit à résoudre. Le lendemain matin, les informations ne parlent que du jeune homme qui a piraté le monde virtuel d'Oz, un réseau social à échelle mondiale où tout est possible, perturbant de ce fait le monde réel. Kenji est alors dans la ligne de mire des médias, mais aussi dans celle de la famille de Natsuki.

Bon, commençons tout de même par les points positifs! J'ai trouvé le graphisme vraiment magnifique. Le monde virtuel d'OZ, sorte de Facebook géant et multifonctionnel (qui regrouperait en fait tous les logiciels et applications du genre MSN, Paypal, Google etc.), est tout simplement somptueux! La première fois qu'il est apparu à l'écran, j'me suis dit "Whaou! C'est beau!". Franchement, ça donne vraiment envie d'y faire un tour, dans ce monde virtuel à la fois blanc et multicolore, où la création d'avatar ne connait aucune limite. La simplicité du chara-design dans le monde réel contraste énormément avec celle du monde virtuel mais reste d'une grande qualité, l'animation est fluide, les paysages magnifiques et non sans rappeler certains Ghibli.

Le monde virtuel d'OZ

Niveau scénario, je suis disons mitigée. Le concept est génial, vraiment. Déjà de par la vision qu'il apporte de ce que sera sans doute internet dans quelques années, mais également parce que cet univers ultra-moderne est mis en opposition avec la famille de Natsuki, famille traditionnelle japonaise avec un passé médiéval encore très présent dans les consciences. J'ai vraiment aimé ce côté-là du film, toutes ces réalités et irréalités qui se croisent, se heurtent puis finissent par se mêler. Un peu pour nous montrer que l'ancienne (voire très ancienne) génération et la nouvelle (voire très nouvelle) génération ne sont pas si incompatibles que ça. Et aussi que l'union fait la force. C'est un peu cliché mais c'est finalement assez bien représenté dans ce film qui ne se livre pas à une critique de la modernité et de la technologie, mais qui montre qu'il faut savoir se modérer et ne pas perdre pied avec la réalité pour en profiter pleinement et sans prendre de risque.

Natsuki, la fille de la campagne, et Kenji, le geek (et Kazuma)

Autre point positif à relever, plusieurs "genres d'animes" se mélangent. On passe de la touche (à peine, à peine) Shôjo un peu drôle et sentimental à des combats plutôt Shônen avec une touche de Magical Girl sur un fond de Science-Fiction et de "Tranche de vie". Comme quoi, tout est vraiment compatible. Et les héros sont des geeks, le monde est sauvé par des geeks! J'ai d'ailleurs beaucoup aimé le personnage de Kazuma, jeune geek, intelligent et plutôt solitaire. Je le trouve classe! Mais à côté de ces points plutôt positifs, j'ai trouvé que ça partait vraiment dans du n'importe quoi vers la fin et c'est dommage car ça m'a un peu gâché le plaisir que j'ai eu à regarder ce film. Et je pense que finalement, c'est le seul bémol que je pourrais émettre concernant "Summer Wars". En somme, ce fut une bonne surprise d'autant plus que je ne savais pas du tout de quoi parlait le film et que je pensais qu'il s'agissait d'une simple histoire d'amour alors que pas du tout. Donc si vous avez 2 petites heures de libre devant vous, pourquoi ne pas vous laisser tenter? :)

Quelques genres d'animes représentés dans Summer Wars :
Tranche de vie, Shônen, Magical Girl, Shôjo
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 29 août 2011

[TV] The Big Bang Theory - Saison 1 à 4

12 commentaires

Si vous êtes geek et que vous ne deviez voir qu'une série, et bien ce serait celle-ci: The Big Bang Theory! Une fois qu'on a commencé, c'est juste impossible de s'arrêter et c'est la raison pour laquelle j'ai enchaîné les 4 saisons d'affilé. Donc, moi qui aime bien faire un article par saison pour parler de l'évolution de chacune d'elle, pour le coup c'est loupé! Cependant, contrairement à la plupart des séries, les saisons ne marquent pas l'arrivée de nouveaux personnages ou de changements majeures donc je me dit qu'au final c'est pas plus mal :)

Leonard Hofstadter et Sheldon Cooper sont deux jeunes amis et colocataires au QI surélevé, tous deux physiciens et geek. Un peu asociaux sur les bords, leurs seules fréquentations sont Howard Wolowitz et Rajesh Koothrappali qui partagent les mêmes centres d'intérêt qu'eux, à savoir les jeux vidéos, les comics, les films et séries de science-fiction et de super héros ou encore les théories scientifiques ultra complexes. Leur quotidien est parfaitement organisée jusqu'à ce que leur nouvelle voisine de palier, Penny, fasse irruption dans leur vie et notamment dans celle de Leonard qui va tout de suite succomber à son charme et tenter tant bien que mal de l'intégrer à leur petit cercle très fermé. Mais Penny se révèle être une novice en à peu près tout ce qui passionne ces quatre génies.

J'avoue que résumé comme ça, ça paraît à la fois assez simpliste niveau scénario, et peut-être compliqué si on est nul en science. Mais si on se considère comme geek, on est obligé d'adhérer à cette série, même si on ne comprend pas un traître mot aux théories énoncées par ces quatre geeks de physiciens! Théories qui, il faut le savoir, sont toutes exactes et vérifiées par des scientifiques embauchés par les réalisateurs de la série! C'est donc quand même assez énormes d'imaginer le travail qui est fait autour d'une série fait par des geeks pour des geeks. Et j'imagine que chacun d'eux pourra trouver ses propres références car elles sont nombreuses et à peu près tous les sujets sont abordés, les détails sont aussi énormes si on prend le temps de tout regarder. Je ne parle même pas des répliques qui sont quasiment toutes cultes, notamment celles de Sheldon!

Raj, Leonard, Penny, Sheldon & Howard

D'ailleurs, parlons-en de ce bon Sheldon! C'est sans conteste le personnage de la série, celui qui fait qu'elle est si drôle et qu'on en redemande! Chacune de ses interventions est culte, et c'est le genre de personnage qu'on ne supporterait pas IRL mais qui est indispensable dans "The Big Bang Theory"! Ce qui fait son charme? En résumé, c'est un génie qui est capable de vous sortir des théories complexes sur à peu près tout mais qui est incapable de concevoir les choses les plus simples du quotidien et des relations sociales. Et ce trait de caractère donne lieu à des situations plus qu'hilarantes! C'est sans aucun doute mon personnage préféré, comme celui de la plupart des fans j'imagine. Les autres personnages sont également très bien dans leurs rôles. Ils nous énervent quand ils doivent nous énerver (Wolowitz et ces remarques déplacées), ils nous touchent quand ils doivent nous toucher (Raj et sa timidité maladive devant les filles) et ils nous font rire quand ils doivent nous faire rire, à savoir à peu près tout le temps!

Sheldon FTW \o/

J'vais arrêter là parce qu'il y a tellement de choses à dire sur cette série, mais ceux qui l'ont déjà vu savent, et ceux qui ne l'ont pas vu.. Vous attendez quoi?

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 21 août 2011

[Anime] Black Butler I

0 commentaires

Honnêtement, je suis partie avec des à priori sur cet anime. J'aime pas trop suivre les effets de mode, et "Black Butler" me semblait être vraiment fait pour les groupies fan de yaoi, ce que je ne suis pas. Mais bon, ma curiosité finit toujours par prendre le dessus, alors j'me suis lancée! Et en fait, c'était bien voire même très bien. Pour l'instant, j'ai vu que la saison 1, et le tout début de la saison 2 donc je ne vais vous parler que de "Black Butler I". Mais je suis bien contente d'être passée outre mes idées reçues car j'ai découvert un anime totalement différent de ce que j'avais imaginé!

Ciel Phantomhive est un très jeune aristocrate anglais. Âgé de seulement 12 ans, il est à la tête de l'entreprise de bonbons et jouets Phantom qu'il a hérité de ses parents, morts dans des circonstances mystérieuses. Depuis lors, il vit dans un manoir entourés seulement de ses quelques domestiques et il résoud des énigmes pour le compte de la Reine Victoria. Pour cela, le jeune comte Phantomhive est épaulé par son fidèle majordome, Sebastian Michaelis, qui est en fait un démon avec il a scellé un pacte afin de venger un jour la mort de ses parents.

Derrière l'histoire somme toute banale d'un enfant riche qui entretient une relation ambiguë avec son mystérieux et sexy majordome (ça c'est pour les fameuses groupies fan de yaoi), il y a un scénario bien ficelé et une ambiance très sombre, parfois glauque même. Ce à quoi je ne m'attendais vraiment pas. Ciel et Sebastian ainsi que les 3 autres domestiques, Finnian, Maylene et Bardroy, mènent des enquêtes sur des phénomènes étranges qui se passent à Londres pour le compte de la Reine Victoria. Ces énigmes sont en fait inspirées de véritables légendes urbaines ou de faits réels, ce qui les rend beaucoup plus intéressantes à mon goût! A travers ces différentes enquêtes, on en apprend chaque fois un peu plus sur ce qui lie Ciel à son majordome, et plus on avance dans les épisodes, plus tout prend son sens.

Grell Sutcliff, Ciel Phantomhive & Sebastian Michaelis

Bon, pour apprécier, il ne faut pas être réfractaire au style Shonen-ai parce que les relations entre plusieurs personnages masculins sont ambiguës, voire carrément suggestives. Mais ça fait partie de l'humour de la série, et elle n'en est pas dépourvue malgré ses aspects sombres! Et pour ça, on peut compter sur Finnian, Maylene et Bardroy, mais aussi sur Monsieur Tanaka et évidemment sur Grell Sutcliff! J'aime bien aussi Undertaker ♥ En somme, la plupart des personnages principaux et secondaires sont vraiment géniaux. Tout comme les musiques! J'aime vraiment beaucoup l'opening, et le premier ending même s'il n'est pas très adapté au style de "Black Butler". J'aime un peu moins le second ending qui lui, pourtant, est vraiment dans le bon ton mai j'avoue que plus je l'entend plus je l'apprécie. Pour conclure, je crois que le succès de cet anime est amplement mérité, et j'me suis faite avoir comme les autres x)

Maylene, Bardroy & Finnian
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 8 août 2011

BLiSS - Drew Barrymore

0 commentaires
BLiSS
Film Américain
Réalisé par Drew Barrymore
Titre Original : Whip It
Année : 2009
Durée : 1h51
Avec : Ellen Page, Drew Barrymore, Juliette Lewis, Kristen Wiig...

J'avais envie de voir ce film à peu près depuis sa sortie, en 2009. Grande admiratrice de Drew Barrymore, je ne pouvais pas passer à côté de sa toute première performance derrière la caméra! Puis le fait qu'Ellen Page, que j'ai adoré dans "Juno", tienne le rôle principal de cette comédie m'a enfin décidé à me lancer. Et je ne suis pas déçue car même si ce n'est pas le film du siècle, ni même de 2009, j'ai passé un moment agréable et j'ai découvert le Roller Derby, un sport de filles encore inconnu en France (malgré quelques clubs qui semblent s'être formés depuis la sortie du film).

J'ai été contente de voir quand même la jolie Drew Barrymore dans le rôle d'une des filles! Et Ellen Page est juste égale à elle-même. En tout cas, son rôle dans ce film ressemble assez à celui de Juno, une ado un peu à part mais qui n'a pas la langue dans sa poche. Sauf qu'elle tombe pas enceinte! Je n'ai pas vu d'autres films d'elle, mais bien que ce genre de personnages lui colle à la peau, j'espère la voir dans des rôles différents car je pense que c'est une actrice qui nous promet de belles surprises =) Sinon, certains de mes "lecteurs" seront peut-être heureux d'apprendre qu'on aperçoit quelques jolies rondes en petit short et patins à roulettes tout au long du film.

Donc voilà, si vous voulez passer un moment sympa devant une histoire pas prise de tête avec des filles en petites tenues qui se donnent des coups, ou si vous voulez découvrir les débuts prometteur de Drew Barrymore derrière la caméra, n'hésitez pas à regarder BLiSS! En tout cas, j'ai hâte de voir ce que donneront ses prochains films qui sont déjà annoncés mais dont on sait encore peu de choses ("How to be single", "Surrender Dorothy").



Par tous les moyens, Bliss Cavendar veut échapper à sa petite ville perdue du Texas et à sa mère qui est convaincue que sa seule chance de réussir dans la vie est de gagner les concours de beauté locaux. Bliss rêve d'autre chose...


Lorsqu'elle se rend en cachette dans la grande ville d'Austin avec sa meilleure amie Pash, Bliss découvre un univers qu'elle n'aurait jamais imaginé : le roller derby. Associant girl power et punk-rock, cette discipline permet à chaque fille de laisser libre cours à sa personnalité...

Fascinée par la championne Maggie Grabuge et par ses consoeurs, Bliss troque rapidement les robes et les couronnes contre les rollers et les minijupes. Menant une double vie, elle est serveuse le jour et devient la redoutable Barbie Destroy la nuit dans son équipe de roller...




Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 27 juin 2011

[GameBoy] Kirby's Dream Land

0 commentaires
Quand j'étais petite, j'ai passé des heures sur la GameBoy de mon petit cousin pour jouer à "Kirby's Dream Land". Moi j'avais une GameGear mais, à part "Le Roi Lion", aucun jeu ne me plaisait vraiment dessus. Du coup, j'étais trop envieuse! Bref, donc j'ai passé des heures sur ce tout premier volet d'une longue série de Kirby et je pensais que ce jeu était interminable. D'ailleurs, je ne pensais pas l'avoir terminé mais après l'avoir bouclé en 25 minutes hier soir, je pense que je l'avais fini plus d'une fois x)

Pour la petite histoire, le Roi Dadidou (qui s'est auto-proclamé roi de Dream Land) a dérobé toute la nourriture qui devait être servie à une fête. Le courageux petit Kirby décide donc de venir en aide aux habitants du royaume en allant récupérer la nourriture volée.


Donc oui, "Kirby's Dream Land" est vraiment très court mais il n'en reste pas moins épique! Et j'ai prit autant de plaisir à y jouer à 26 ans que j'en avais à 7 ans. Le jeu se compose de 4 mondes avec chacun un mini-boss puis un boss, et enfin un boss final à la toute fin. Autant dire que ça va très vite et que c'est franchement facile. Mais c'est accessible à tous, et la prise en main est enfantine. On aspire de l'air pour voler ou des ennemis qu'on transforme en étoiles pour les balancer sur d'autres ennemis. On peut aussi nager, et aspirer des objets qui nous donnent des pouvoirs spéciaux. Une fois le jeu terminé, une petite manipulation permet recommencer le jeu en mode "difficile". Il faut appuyer simultanément sur Haut, Select et A. Les différences résident dans l'apparition de nouveaux ennemis, bien plus nombreux, et le fait qu'on perd deux points de vie quand on se fait toucher.


Et pour finir, un petit topo sur les musiques qui sont juste mythiques puisque presque 20 ans après, on s'en souvient encore! C'est tout mignon, et chaque musique correspond parfaitement à l'ambiance du stage dans lequel on évolue. Donc en résumé, graphisme mignon, musiques mignonnes, jeu mignon ♥ Epic Kawainess ♥ On comprend pourquoi, encore aujourd'hui, Kirby est un personnage emblématique de Nintendo et pourquoi sa côté de popularité est toujours au top \o/

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 26 juin 2011

[Anime] Highschool of the Dead

0 commentaires

Si vous aimez les morts-vivants et le fan service, cet anime est fait pour vous x) Parce que dans HOTD, il n'y a quasiment que de ça mêlé à quelques combats ou ça bute du mort-vivant de façon bien sanglante. Et malgré cette entrée en matière pas très reluisante, figurez-vous que j'ai bien aimé! Si, si, c'est vrai  x)  Parce que déjà, j'avais pas envie de me prendre la tête, et aussi parce que j'ai besoin de me défouler en ce moment (je joue à God of War, c'est pour dire!). Bon, le scénario casse vraiment pas 3 pattes à un canard! Y a des étudiants, que des filles bien foutues avec un beau gosse et un petit gros, et l'infirmière qui bat des records de grosse poitrine, qui se battent contre des morts-vivants pour survivre. On sait pas d'où vient l'épidémie, ni comment l'arrêter, donc le seul moyen de survivre c'est de pas se faire mordre.

Alors qu'il est en train de ressasser son échec amoureux, Takashi Komuro assiste à une scène terrifiante au loin: des professeurs s'entretuent! Sentant que quelque chose d'anormal se passe, il part à la recherche de la fille qu'il aime, Rei, pour la mettre en garde. Il s'avère que le lycée est envahi par les morts-vivants, et la moindre morsure de l'un d'entre eux entraîne l'infection. Alors que les élèves et les professeurs tombent les uns après les autres, un petit groupe réussit à survivre. Ils rejoignent Takashi et Rei et décident d'échapper à cette épidémie qui ne semble pas toucher seulement le lycée Fujimi mais le monde entier. 

Pourtant, j'ai retrouvé quelques idées que j'avais déjà aimé dans le film "Battle Royale" par exemple. Les relations entre les humains confrontés à la mort sont assez bien retranscrites. Le monde devient fou, c'est chacun pour sa peau et je crois qu'au final, ce qu'on veut nous faire comprendre dans HOTD, c'est que l'union fait la force et que pour survivre, il faut rester soudés (et en petite tenue de préférence!). Quoi qu'il en soit, j'ai quand même beaucoup aimé cet anime dans sa première moitié, un peu moins dans la seconde car beaucoup trop de fan service. Mais pour ceux qui aiment le genre "survival", ça reste à voir car l'ambiance y est impeccable. Les morts-vivants (je pourrais dire zombies depuis le début, mais apparemment, l'anime n'a pas eu le droit d'utiliser ce terme et donc, tout le long ils sont appelés "eux") sont vraiment terrifiants, les combats bien gores, les décors soignés, une musique adaptée à chaque situation, le chara-design basique mais beau et des personnages clichés mais attachants. Concernant les génériques, l'opening est juste excellent! Ensuite, on a droit à un ending différent pour chaque épisode mais tous interprété par la même personne. Du coup, j'en garde pas de souvenirs impérissables... Il faudrait que je les réécoute en dehors de l'anime pour me faire une meilleure idée!

Shizuka-Sensei, Alice-Chan, Saya, Rei et Saeko

Gros point négatif pour l'OAV "Drifters of the Dead", 16 minutes à la limite du hentai, juste pour nous faire patienter jusqu'à la saison 2 prévue pour l'Automne 2011... Que j'attends quand même avec une certaine impatience car je me demande comment toute cette histoire va se terminer!

Drifters of the Dead
Rei, Shizuka-Sensei, Saeko, Saya et Alice-Chan

Rendez-vous sur Hellocoton !

Shugo Chara! - Peach-Pit

0 commentaires

Shugo Chara
(Paru entre 2006 et 2010 au Japon)

Auteur : Peach-Pit
Editions : Pika
Nombre de volumes : 12
Prix : 6,70€ sur Amazon

Voilà quelques semaines que j'ai achevé la lecture du manga Shugo Chara! Alors que l'anime contient plus de 150 épisodes, le manga est quant à lui composé de 12 petits tomes à l'instar de séries comme Sailor Moon (200 épisodes pour 18 tomes) ou CardCaptor Sakura (70 épisodes pour 12 tomes). Et comme pour ces 2 séries, le manga de Shugo Chara! va droit à l'essentiel et ça se lit vraiment très vite et très bien. Pour ma part, j'ai adoré <3

Amu Hinamori est une élève surtout connue pour son mauvais caractère. A la fois crainte et admirée, elle est définie par les autres comme étant "Cool and Spicy". Mais en réalité, Amu est une fille comme les autres, timide et peu sûre d'elle, qui aimerait pouvoir montrer à tout le monde sa véritable personnalité. C'est ainsi qu'elle fait le souhait d'avoir un peu plus de courage pour le faire. Apparaissent alors trois oeufs étranges qu'elle décide de garder avec elle. Dans sa nouvelle école, l'Académie Seiyo, elle va faire la connaissance des "Gardiens", un groupe de quatre élèves chargés de la protection des élèves, qui semblent savoir ce que sont ces mystérieux oeufs. Mais ils ne sont apparemment pas les seuls...


Je crois bien que depuis CardCaptor Sakura (qui date quand même de 1996!!!), aucun manga de type "Magical Girl" ne m'avait autant emballée! J'ai retrouvé dans Shugo Chara! à peu près tout c'que j'aime dans un manga Shôjo de type Magical Girl. L'univers de Shugo Chara!, derrière ses airs de manga pour petites filles en quête d'identité, est quand même très riche et certains évènements mènent même à penser qu'il n'est pas réellement destiné aux plus jeunes. Quand on suit les aventures d'Amu et de ses amis, on a juste envie de recommencer à croire en ses rêves même si on est déjà adulte ou presque. C'est mignon, c'est frais, c'est coloré, c'est entraînant.. Et les personnages sont tous tellement différents qu'on peut tous s'identifier à l'un d'entre eux, voire à plusieurs! Pour ma part, j'ai le côté un peu rebelle d'Amu alors qu'au fond j'ai aucune confiance en moi. J'ai aussi le même désir que Yaya de rester un gros bébé, et pourtant elle ne fait pas parti de mes personnages préférés même si elle est toute mignonne!

Amu et Ikuto

Dans mes personnages préférés, on pourrait citer Amu parce qu'elle est vraiment cool, et qu'elle a un caractère aussi changeant que le mien mais qu'elle essaye de s'améliorer et de trouver qui elle est vraiment. J'aime beaucoup Kûkai aussi, parce qu'il donne la pêche à tout le monde et qu'il est gentil, et aussi Nadeshiko parce que sa douce personnalité contraste tant avec son Shugo Chara tyrannique. La jolie et ténébreuse Utau n'est pas mal dans son genre, même si au début elle m'énervait, plus ça allait et plus je l'appréciais! Mais mon préféré d'entre tous reste le beau et mystérieux Ikuto, je l'adore *o* Voilà, je pense que j'ai à peu près fait le tour de ce manga bien sympathique, j'espère vous avoir donné envie de le lire et moi, je vais me renseigner sur ce qu'est ce "Shugo Chara! Encore" que je viens de dénicher!

Nagihiko, Rima, Amu, Yaya et Tadase
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 31 mai 2011

[Anime] Bakuman.

2 commentaires

Bon, je ne sais pas trop ce que signifie le titre pour l'instant. Mais comme la saison 1 ne couvre que les 4 premiers tomes de la série, je me dis qu'on le saura sans doute avant la fin! En attendant, Bakuman. est un animé de 25 épisodes issu du manga du même nom et créé par les mêmes auteurs que Death Note. Le saison 2 est prévu pour l'automne prochain et j'ai déjà hâte qu'elle débarque!!! J'ai vraiment adoré cet anime qui nous montre le quotidien de deux adolescents qui rêvent de devenir mangaka, des personnes qui les encouragent et les soutiennent, de leurs rivaux, de leurs contacts professionnels... On en apprend beaucoup sur l'univers du manga, les étapes et les difficultés avant la publications, c'est vraiment très intéressant de voir tout le travail qu'il y a derrière ces pages qu'on lit en quelques minutes et qu'on se procure pour quelques euros...

Moritaka Mashiro est un collégien passionné par les manga et très doué en dessin. Mais persuadé que son oncle, mangaka, s'est suicidé suite au manque de succès, il souhaite mener une vie normale. C'est sans compter sur l'intervention d'Akito Takagi, premier de sa classe, qui rêve de devenir mangaka et qui lui propose de s'associer à lui afin qu'ils réalisent ensemble un manga. Car si ce dernier a du talent pour inventer des scénarios, ses capacités en dessin sont très limitées. Bien que réticent au début, Mashiro fini par accepter en apprenant qu'Azuki, la fille qu'il aime, souhaite devenir seiyu. Il lui fait la promesse d'écrire un manga à succès où elle pourra doubler l'héroïne lors de son adaptation en animé et lui demande de l'épouser quand il aura réussi. Elle accepte à condition qu'ils ne se voient pas avant d'avoir chacun réalisé leur rêve...

Mais en plus de cet aspect très instructif, on a droit à deux personnages principaux que j'aime beaucoup, Mashiro (appelé Saiko) et Takagi (appelé Shuujin), qui sont prêts à tout pour réaliser leurs rêves et qui ne se laissent pas abattre par tous les obstacles qui se mettent sur leur chemin vers la publication de leur manga! Je ne saurais pas dire lequel des deux je préfère car finalement, ils sont très complémentaires. Différents dans leurs façons d'agir et d'appréhender les choses, ils arrivent tout de même à se comprendre et reste vraiment indissociable. Les personnages secondaires sont également très bien! Azuki, la fille dont Saiko est amoureux, est censée être une des plus importantes et pourtant, elle reste très effacée tout au long de l'histoire. Mais j'aime beaucoup Miyoshi, j'crois que c'est parce qu'elle me ressemble un peu (niveau caractère, parce que physiquement, elle ressemble plus à Risa de Lovely Complex)! Un de mes personnages secondaires préféré est Niizuma Eiji, complètement farfelu mais je l'adore! J'aime beaucoup Fukuda aussi! Puis il y a toute une ribambelle de personnage qui arrive plus tard mais que je ne vais pas citer ici pour éviter les spoils!

Saiko et Miho

Ce que j'ai aussi adoré dans Bakuman. ce sont les innombrables références aux mangas, Dragon Ball, Naruto, Bleach, One Piece, To Love Ru... On a même droit à une apparition de Hyde dans l'anime! Ça rend l'histoire bien plus crédible, on a vraiment l'impression que Saiko et Shuujin vivent dans le même monde que nous, qu'ils sont réels. Du coup, j'avais presque envie de pouvoir aller au magasin me procurer les manga qu'ils imaginent! Enfin, techniquement parlant, rien à redire. Le style graphique est du même niveau que Death Note, les personnages principaux sont stylés, les très secondaires un peu moins mais ils restent attachants. L'animation est bonne et les musiques sympa. J'adore l'opening même s'il fait très shoujo, le premier ending est sympa, le deuxième j'aime moins. Bref, la saison 2, VITE!!!

Niizuma Eiji
Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 22 mai 2011

Le voleur d'ombres - Marc Levy

4 commentaires
Le Voleur d'ombres
(Paru le 17 Juin 2010)

Auteur : Marc Levy
Genres : Contemporain, Romance, Français
Editions : Pocket
Nombre de pages : 304
Prix : 6,84€ sur Amazon

Les retards de train, c'est ennuyeux... Mais parfois, on en vient à faire des achats qu'on ne regrette pas. C'est ainsi que pendant les presque 2h où je suis restée bloquée en gare de Toulouse Matabiau, j'ai erré dans les rayons du "Point Relais" où je suis tombée sur ce roman de Marc Levy, "Le voleur d'ombres". J'ai trouvé la couverture toute mignonne, le titre accrocheur et le synopsis intriguant. Je l'ai acheté, et je l'ai lu en quelques heures partagées entre l'aller et le retour. J'ai aimé. C'est un livre plein d'émotions et de poésie, rempli de la naïveté de l'enfance qu'on perd à l'âge adulte, rempli d'amour sous toutes ses formes, et d'amitié aussi. C'est aussi un livre sur la vie, sur ce qu'on traverse et ce à côté de quoi on passe, ce qu'on voudrait vivre et la réalité à laquelle on est confronté. Alors oui, l'histoire est peut-être peu crédible mais de temps en temps, il est agréable de s'évader le temps de quelques pages et de croire l'incroyable. En somme, "Le voleur d'ombres" est un livre que je recommande à tous les grands rêveurs qui ont gardé une part de leur enfance quelques part et qui sauront apprécié la douceur de ces quelques pages...

"Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux. Cléa était ma différence."

Et si l'adulte que vous êtes devenu rencontrait l'enfant que vous étiez ?

 Enfant, il vole les ombres de ceux qu'il croise... et chacune de ces ombres lui confie un secret. Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu'il aime. Que faire de cet étrange pouvoir... ? Quelques années plus tard, le « voleur d'ombres » est devenu étudiant en médecine... Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rentre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie ? Et lui, sait-il où le bonheur l'attend ? Amour d'une mère. Inoubliable premier amour. Amour qui s'achève... Amitié longue comme la vie... Le voleur d'ombres est une histoire d'amour au pluriel.
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 10 mai 2011

[Anime] Fushigi no Umi no Nadia

2 commentaires

Ça faisait un moment que j'avais envie de revoir cet anime de mon enfance! J'me rappelle que j'adorais tellement à l'époque que j'avais appelé mon chien Attila, comme le lionceau blanc de Nadia (en VF). Et finalement, en revoyant l'intégralité des 39 épisodes (en VO, et sans la censure), j'me suis rendu compte que je devais avoir des souvenirs des.. 6 premiers épisodes! Je ne pensais pas que l'histoire allait si vite, ni qu'il se passait autant de choses. Et finalement, c'était encore mieux que dans mes souvenirs! Et je pense que la VO y est pour beaucoup parce que si y a bien une VF râtée c'est celle-là... Déjà, je ne comprends pas pourquoi ils ont changé les noms de certains personnages. A l'époque, j'me rappelle qu'il n'y avait jamais de noms Japonais en Français, mais dans "Fushigi no Umi no Nadia", les noms en VO ne sont pas japonais! Alors pourquoi King s'appelle Attila? Pourquoi Hanson et Sanson s'appellent Caïus et Titus? Pourquoi Gargoyle s'appelle Argon? Mystère! Bon OK, ça change rien à l'histoire mais j'trouve ça débile ^^' Tout comme la censure faites sur l'anime alors qu'on ne voit RIEN! (A part peut-être la scène ou Nadia se jette nue dans les bras de Jean et encore...) Et puis les voix! Les pires sont sans doute celles de Sanson et Hanson! En français, ils ont des voix de débiles, du coup on ne les prend JAMAIS au sérieux alors qu'en vérité, ils jouent un rôle vraiment important malgré leurs maladresses. Sans parler de la voix du Capitaine Némo, j'ai juste envie de dire OMFG, il a un balai dans le cul?! Bref.. Tout ça pour dire "Fushigi no Umi no Nadia", oui MAIS en VO et UNIQUEMENT EN VO!

Nous sommes donc en 1889 à l'exposition universelle de Paris où Jean, un tout jeune inventeur, vient présenter son avion. Il y croise une jeune trapéziste du nom de Nadia accompagnée de King, son lionceau, qui est poursuivie par trois brigands qui en veulent à son pendentif appelé l'Eau Bleue. Jean aide Nadia à leur échapper et lui promet de tout faire pour l'emmener en Afrique où elle pense retrouver sa famille. Mais les évènements vont emmener les deux enfants à bord du Nautilus, un sous-marin à la technologie ultra-avancée, où ils feront la connaissance du Capitaine Némo. Mais ils découvriront également l'existence de Neo-Atlantis, une organisation dont le but est d'asservir les humains à l'aide d'une technologie similaire à celle du Nautilus. Nadia, qui semble être liée à tout ça, découvrira-t-elle ses origines ainsi que le secret que renferme son pendentif dont tout le monde veut s'emparer?

Côté scénario, parce que c'est LE point fort de "Fushigi no Umi no Nadia", il faut savoir qu'il a été fondé sur un scénario écrit par Hayao Miyazaki en 1970 qui s'appelait "Autour du monde, sous la mer", lui-même inspiré de l'oeuvre de Jules Verne, qui a également servi de base au très célèbre "Le Château dans le Ciel". Malgré un humour omniprésent grâce à des personnages hauts en couleurs (Grandis, Hanson, Sanson, Marie, King, et même la relation entre Nadia et Jean), les thèmes abordés sont très sombres et profonds. Et, alors que l'anime commence de façon assez naïve et enfantine, plus on avance dans l'histoire plus elle devient intéressante. Ainsi, on peut voir la technologie se confronter à la religion et aux idéologies, le tout provoquant des guerres, la destruction, la mort, la soif de pouvoir, la dictature, et des thèmes plus improbables comme les extra-terrestres. Enfin, tout a une source d'inspiration provenant de la mythologie (l'Atlantide, la Tour de Babel, Yggdrasil...) ou de la religion, mais de la science (le chaînon manquant, la vie ailleurs que sur Terre...), de la philosophie, de l'art, de l'Histoire, de la géographie ou encore de la littérature... C'est tellement riche en tout ça que c'est difficile d'en parler. Je pense qu'il faut vraiment le voir pour apprécier et comprendre la richesse et même la profondeur du scénario (A part peut-etre dans la dizaine d'épisodes qui se passe sur "L'île de Lincoln", c'est à dire des épisodes 23 à 31, où on voit que ça a juste été ajouté pour pseudo-satisfaire les fans avec un nombre d'épisodes plus conséquent...). Mais je suis vraiment très contente d'avoir revu cet anime maintenant que je suis "adulte" (ou pas) parce que j'imagine qu'en 1991, j'avais alors dans les 6 ans, tout ça m'est passé bien au-dessus x)

Nadia et Jean à Paris

Ensuite, franchement vu la date de cet anime je trouve qu'il n'a pas trop vieillit! Quand on voit ce qui se faisait à cet époque, "Fushigi no Umi no Nadia" reste d'une qualité vraiment honorable! Attention, je ne dis pas qu'il a la qualité des animes de maintenant, mais il reste vraiment agréable. En même temps, c'est un anime du studio Gainax, réalisé par Hideaki Anno à qui on doit également "Neon Genesis Evangelion"! Les musiques sont également un point fort de l'anime! J'adore l'opening et là aussi je trouve que comparé aux animes de l'époque, on sent pas trop que ça fait si vieux (20 ans quoi...). Mais alors les musiques qui passent pendant les épisodes sont quasiment toutes épiques, je les ai encore en tête, chacune pour chaque moment important! Il y a aussi un épisode musical, le 34, qui avait été censuré en France et où Jean tente d'écrire une chanson à Nadia. Du coup tous les personnages chantent leur chanson. Bon, c'est pas indispensable à l'histoire, mais c'est sympa quand même 

Grandis et ses deux compère Hanson et Sanson

Et pour finir, le GROS point négatif de "Fushigi no Umi no Nadia"... LE FILM! Non mais ils ont craqué? J'ai trouvé le DVD en occasion à 3€ donc je l'ai prit. Mais quelle nullité! Déjà, les 40 premières minutes c'est un "résumé" de la série animée. Sans doute pour ceux qui ne l'auraient pas vu. Mais déjà c'est juste des images de l'anime mises les une après les autres, et ensuite ça n'a mais aucun sens! On ne comprend rien si on n'a pas vu l'anime! Et si on l'a vu, on trouve ça inutile. Donc il nous reste 40 minutes pour développer une histoire bancale, avec Nadia qui est habillée horriblement mal et un méchant pas charismatique pour un sous! Grosse déception en somme pour ce film dont on peut se passer sans aucun regret!

Marie et King
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 4 mai 2011

[Anime] Midori Days

2 commentaires

J'avais beaucoup entendu parlé de cet anime à une époque, et lors de la dernière édition du Mang'Azur de Toulon, mon chéri s'est offert l'intégral de la série en DVD. Et comme il a insisté pour que j'le regarde, je m'y suis collée! La première chose qui me vient à l'esprit quand je repense à "Midori Days", c'est que le concept est vraiment tordu! Non, vraiment... Y a quand même un gars qui a pensé à un scénario où un gamin de 17 ans aurait une fille à la place de sa main droite quoi... J'trouve ça tordu, je suis la seule? Puis j'me posais plein de questions toutes aussi tordues du genre... Est-ce que Midori va aux toilettes? Comment ça se passe quand Seiji va faire la grosse commission? Du coup, j'pense que j'suis autant voire encore plus tordue que l'auteur de ce manga! Bref, avant de continuer, petit résumé de la situation.

Seiji Sawamura est un lycéen dont la réputation n'est plus à faire. Surnommé "le chien enragé", c'est grâce à la puissance de sa "main droite du démon" qu'il est toujours ressorti victorieux des bagarres auxquelles il s'est mêlé. Et bien qu'il utilise sa force pour défendre les plus faibles, il est craint de tous et même des filles. C'est la raison pour laquelle il collectionne les échecs amoureux et il commence à désespérer. Néanmoins, une fille n'a pas peur de lui, la douce Midori qui a compris qui était le vrai Seiji. Elle l'aime en secret depuis longtemps, et l'observe de loin car elle est bien trop timide pour lui avouer ses sentiments. Mais un matin, en se réveillant, Seiji découvre que sa main droite a été remplacée par Midori. Alors qu'elle semble être heureuse d'être enfin auprès de son Seiji et de pouvoir lui avouer son amour, ce dernier devra apprendre à vivre sans ce qui faisait sa force, et s'adapter à cette nouvelle situation pour le moins étrange. 

Bon, une fois passé les à priori et les idées bizarres on peut enfin se lancer dans l'anime! Et finalement c'est plutôt sympa. J'dirais pas que c'est l'anime du siècle, ni celui qui me viendra instantanément à l'esprit quand on me demandera un conseil mais ça se laisse facilement regarder. On enchaîne les épisodes sans trop s'en rendre compte. Les situations sont drôles et bizarrement, malgré le concept un peu scabreux de "Midori Days", on ne tombe jamais dans un humour grossier ou dans un excès de fan-service (on voit quelques poitrines mais ça reste raisonnable) avec des situations vues et revues. Non! Ça reste plutôt mignon du début à la fin, et cette romance en est même touchante (sans jeux de mots douteux!). La très petite Midori est toute mignonne et pleine de vie, et son amour pour Seiji est vraiment sincère. Quant à ce dernier, disons que c'est le genre de héros que j'aime bien. Un brin rebelle mais qui cache une gentillesse énorme qu'on découvre peu à peu. Quant aux personnages secondaires, ils sont bien trouvés aussi! Mes deux favoris restent sans doute Rin, la soeur complètement déjantée de Seiji, et Shuichi, un otaku fan de figurine pas mal dans son genre non plus!

La bande de "Midori Days" au grand complet!

Techniquement, c'est joli sans être exceptionnel. L'anime peut au moins se vanter d'avoir eu droit à un ensemble soigné du début à la fin. Les musiques par contre sont toutes très bien et passent toujours au bon moment. Pareil pour les génériques que j'aime beaucoup! Et je vais dire ici quelque chose que je dis rarement mais, mon chéri m'ayant presque obligé à regarder cet anime en VF, et bien je la trouve correcte. La voix de Seiji est vraiment très bien, celle de Midori est parfois un peu énervante mais ça passe. J'aime aussi beaucoup la voix de Rin, elle me fait marrer x) Bon, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il vaut mieux le regarder en VF qu'en VO mais honnêtement il y a eu un bon boulot de fait par les doubleurs sur "Midori Days" et je pense que si c'était le cas pour tous les animes, on aurait une autre opinion des VF aujourd'hui..

Midori et Seiji

Maintenant, je suis curieuse de lire le manga car j'ai lu quelque part que l'anime ne recouvre que les 3 premiers tomes, qu'il manque plein de personnages et aussi que certaines situations n'ont pas été développées. Affaire à suivre...

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 30 mars 2011

[Megadrive] World of Illusion starring Mickey Mouse & Donald Duck

2 commentaires
Certains jeux vous marquent, et  ce malgré les années voire les décennies qui passent! Un après-midi RetroGaming chez Olivier plus tard, et je repars avec "World of Illusion starring Mickey Mouse & Donald Duck". Retour de 19 ans en arrière puisque ce jeu est sorti sur MegaDrive en 1992. Je me rappelle y avoir passé des heures entières dessus, je me rappelle presque la sensation que j'éprouvais quand je mettais la cartouche dans la console et que je poussais le bouton Power. Je me rappelle aussi l'émerveillement quand je voyais les images à l'écran, et je me rappelle encore de quasiment toutes les musiques par coeur. Et c'est avec ce même émerveillement que je me suis relancée dans ce jeu qui était sans aucun doute mon préféré dans mon enfance!

Pour la petite histoire, Mickey et Donald sont magiciens. Tandis qu'ils s'entraînent pour leur prochain spectacle, notre canard préféré découvre une boîte étrange par laquelle il se fait aspirer! Le courageux Mickey n'hésite pas à suivre son ami pour lui venir en aide... Les voilà donc arrivés dans un monde d'illusions, magique, féerique mais qui recèle néanmoins quelques dangers!

J'aurais vraiment tendance à dire que ce jeu est parfait, encore aujourd'hui. Mis à part la très courte durée de vie (on finit le jeu en une heure..), le reste est vraiment excellent. Déjà, on peut choisir de jouer Mickey ou Donald. Et bien que les deux compères aient les mêmes pouvoir (sauter, courir, utiliser un "drap" magique), choisir l'un ou l'autre vous permettra de découvrir des niveaux différents. Enfin, disons plutôt que ce sont les mêmes niveaux mais qu'on emprunte des chemins différents pour des raisons assez marrantes, comme par exemple le fait que Donald ne passe pas sous un obstacle à cause de son gros postérieur, et c'est vraiment très bien fait! Et on peut également choisir de jouer à deux, en coopératif, et les actions d'entraide permettent d'accéder encore à d'autres parties des niveaux spécifiques à ce mode . On appréciera aussi les clins d'oeil fait à l'univers Disney tout au long du jeu, les araignées à tête de Pat Hibulaire, les mini Madame Mim de "Merlin l'Enchanteur", les dragons qui ressemblent à Elliott de "Peter et Elliott le Dragon", le monde sous-marin qui n'est pas sans rappeler celui de "La Petite Sirène", et l'univers d'"Alice au Pays des Merveilles" qui est très présent un peu partout. Il y en a plein d'autres, mais le mieux est encore de les découvrir soi-même.



Pour vous remémorer un peu ce jeu, ou tout simplement vous donner une idée, voici une petite vidéo du premier monde. Déjà, vous remarquerez que pour un jeu qui a presque 20 ans, les graphismes sont juste sublimes et l'animation est très fluide. La prise en main est vraiment enfantine, et le gameplay très agréable. Alors oui, on pourrait reprocher à "World of Illusion starring Mickey Mouse & Donal Duck" d'être trop simple et trop simpliste, mais il faut garder en mémoire que c'est un jeu pour les enfants. D'ailleurs, tout est là pour nous le rappeler, on ne tue pas les ennemis mais on les transforme en choses toutes mignonnes (fleurs, papillons..), on ne meurt jamais étant donné qu'on a pas de vie mais des essais.. Tout ça est très Disney et je trouve que ça change de la violence qu'on trouve dans la plupart des jeux. Tout a été parfaitement pensé. Pour finir, un mot sur les musiques qui sont juste MYTHIQUES! Si vous prenez en compte le fait que quasiment 20 ans après la sortie du jeu, sans y avoir rejoué depuis, je me rappelais de chacune d'entre elle par coeur, je pense que ça montre à quel point elles ont leur importance dans l'ambiance générale du jeu!

Un monde spécifique à Mickey (mon préféré!) et un à Donald!





World Of Illusion Music - Boss Battles
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 24 mars 2011

[DS] Phoenix Wright - Ace Attorney

0 commentaires

Il y a des jeux qui vous marquent, la série des "Ace Attorney" est de ceux-là. Je les avais déjà fini il y a un bon bout de temps, et j'ai eu la soudaine envie de m'y replonger. J'ai donc déjà bouclé le tout premier "Phoenix Wright - Ace Attorney". Ma mémoire un peu défaillante me permettant de rejouer à un jeu comme si c'était tout nouveau pour moi, j'ai eu la joie de redécouvrir chaque affaire avec un plaisir non dissimulé!

Phoenix Wright, 24 ans, est un avocat de la défense débutant. Sous l'aile de Mia Fey, il fait ses premiers pas au tribunal et doit prouver au juge que ses clients sont innocents. Mais celui qu''il doit affronter n'est pas n'importe qui puisqu'il s'agit de Benjamin Hunter, un redoutable avocat de l'accusation qui n'a encore jamais perdu un procès!

Alors, il faut faire quoi quand on incarne un jeune avocat de la défense? Innocenter ses clients évidemment! Mais pour cela, le chemin est long! En effet, chaque affaire comprend 2 phases : l'enquête et le procès. Phoenix doit d'abord trouver des preuves, et s'en servir de pièces à conviction mais attention, il faut évidemment présenter la bonne pièce au bon moment sous peine d'être penalisé par le juge. Le jeu contient 5 affaires, mais seule la dernière est réellement adapté à la DS puisqu'à la base, "Phoenix Wright : Ace Attorney" était sorti sur GBA. Tandis que la première affaire se présente comme un didactiel, attendez-vous à vous creuser les méninges pour résoudre les 4 autres qui sont loin d'être gagnées d'avance!

Wright VS Hunter

"Phoenix Wright - Ace Attorney" est un jeu vraiment étonnant! Dès que j'avais 5 minutes de libre, j'allumais ma DS. Il faut dire que c'est un jeu addictif. Quand on commence une affaire, c'est dur de s'arrêter sans connaître le coupable qui, en général, ne se dévoile qu'à la fin de chaque procès. Bien que le jeu semble linéaire, on ne s'en lasse pas une seconde tant le scénario est recherché, les personnages drôles et attachants et les musiques épiques! D'ailleurs chaque affaire est liée, et on en apprend de plus en plus sur le passé de chacun d'entre eux. Les rebondissements ne manquent pas, et chacune des affaires est un casse-tête chinois qu'il faudra décortiquer à fond pour en comprendre les tenants et les aboutissants. Cependant, la prise en main est enfantine et agréable bien que la plus grande partie du jeu ne soit pas vraiment adapté à la DS. En résumé, j'ai adoré "Phoenix Wright - Ace Attorney" et j'ai déjà recommencer le deuxième opus qui s'intitule "Phoenix Wright - Ace Attorney - Justice for All".

♥ Épique 
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 21 février 2011

[TV] Glee - Saison 1

1 commentaires

Je ne pouvais décemment pas passer à côté de l'occasion de vous parler de Glee! Cette série que je ne connaissais que vaguement de nom il y a encore quelques semaines et dont je guette aujourd'hui la moindre sortie comme le messie.

Alors Glee, ça parle de quoi?

Professeur d'espagnol au sein du lycée McKinley, Will Schuester décide de prendre la direction du club de chant de son établissement, laissé bien mal en point par son prédécesseur. Ravivant dans le même temps ses aspirations de jeunesse et la jalousie de sa femme, Will va déployer tout son enthousiasme afin de constituer un nouveau groupe, composé de plusieurs élèves n'ayant rien à voir les uns avec les autres. Losers, footballeurs, intellos, pom-pom girls... Tout ce petit monde va tenter de cohabiter tant bien que mal afin de ramener le "Glee Club" au prestigieux rang qu'il tenait bien des années auparavant...


Quand j'ai commencé la série, j'avoue que j'étais un peu sceptique. J'avais vu plein de vidéos où les acteurs ne font que chanter et je me demandais vraiment comment une série avec autant de chansons pouvait avoir un fil conducteur, un scénario intéressant. Mais j'ai bien vite oublié toutes ça quand j'ai commencé à regarder Glee. Après seulement quelques épisodes, j'étais conquise et déjà accro et je les ai enchaîné à vitesse grand V. J'attendais avec impatience la suite des tribulations des élèves de McKinley ainsi que le listing des chansons qu'ils allaient interpréter! Et c'est ainsi qu'en quelques jours, j'ai achevé de regarder les quelques 22 épisodes de cette première saison!






Ce que j'ai aimé dans Glee, c'est tout d'abord le panel des personnages. Tous très différents, à la fois un peu cliché (la grosse, le gay, la Pom-Pom Girl, le quaterback, la gothique...), mais tous tellement unique et attachants malgré leurs défauts. Car oui, il faut l'avouer, aucun d'entre eux n'est parfait. Ils agissent souvent de manière égoïste, et maladroite. Ils essayent de vivre leur passion pour la chanson dans un club détesté et humilié par le reste du lycée. Et leur seule force, au final, c'est de rester soudés et de montrer à tous que le Glee Club n'est pas composé de loosers. En tout cas, pas plus que les Cheerios (les Pom-Pom Girls) ou que les joueurs de football américain.

Kurt et Mercedes


Mes personnages préférés, dans la première saison, sont sans aucun doute Kurt et Mercedes. Le premier, sûrement parce qu'il est gay, mais également parce que je le trouve touchant, drôle, mignon et qu'il a une voix magnifique. Lorsqu'il chante "Defying Gravity", je fond littéralement. Il a une voix juste sublime ♥ Quant à Mercedes, en plus d'être ronde et belle, j'admire sa force de caractère. J'aime le fait que son poids ne soit pas constamment mit en avant, qu'elle soit un personnage "comme les autres", qu'elle fasse les chorégraphie au même titre que les autres membres du Glee Club. J'aime aussi la façon dont elle s'habille, elle a trop la classe! Et elle aussi a une voix magnifique, comme dans "Bust your Windows" ♥ Mais tous les membres du Glee Club ont une voix magnifique, notamment Rachel Berry même si je déteste le fait qu'elle en fasse toujours trop. J'aime particulière  quand elle interprète "Gives you hell". Et mention spéciale à Sue Sylvester, qui ne fait pas partie du Glee Club puisqu'il s'agit de la coach des Cheerios. Elle est juste ENORME, il faut vraiment le voir pour le croire tant son personnage est... tyrannique?


Bref, j'pourrais vous parler des heures de Glee, de ses personnages, des chansons et de tout le reste mais je crois que le mieux est encore de vous conseiller de regarder cette série qui est vraiment exceptionnelle. Et pour finir de vous convaincre, je vous laisse avec une dernière vidéo!




Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 18 février 2011

Lettres à Juliette - Gary Winick

4 commentaires
Lettres à Juliette
Film Américain
Réalisé par Gary Winick
Titre Original : Letters to Juliet
Année : 2010
Durée : 1h45
Avec : Amanda Seyfried, Marcia Debonis, Gael Garcia Bernal...

Comme une envie de regarder un film romantique... Mon choix s'est porté sur "Lettres à Juliette" dont la pub passe régulièrement à la télévision. Honnêtement, quand j'ai commencé à regarder ce film, je ne m'attendais pas à grand-chose. Les films qui sortent directement en DVD sans passer par la case cinéma, en général, c'est plutôt de la merde (pardonnez-moi mon langage)! Mais je peux vous le dire, j'ai été très agréablement surprise par cette jolie histoire d'amour drôle et poétique.

Déjà, il faut savoir que je suis fascinée par tout ce qui touche à l'histoire de Roméo et Juliette. Donc quand j'ai appris que l'histoire se déroulait à Vérone, j'ai pas résisté. Et c'est avec un plaisir non dissimulé que je me suis retrouvée quelques années auparavant, encore enfant, émerveillée devant le balcon de Juliette. Et l'Italie... le pays de mes origines. Je n'y suis allée qu'une fois mais j'aime ce pays. Alors, j'ai aimé que l'action s'y déroule presque intégralement.

Ensuite l'histoire. Je l'ai vraiment trouvé très jolie et plutôt originale pour une comédie romantique made in Hollywood. Alors oui, ça pue l'amour et la guimauve. Mais on regarde pas ce genre de film si on veut pas ce genre de bons sentiments. Et moi, j'ai aimé. J'ai découvert la jolie Amanda Seyfried que je ne connaissais pas du tout, mais surtout le charmant Christopher Egan qui me rappelle un certain Heath Ledger (OK, en beaucoup moins talentueux et charismatique mais il faut bien commencer quelque part!). Bref, si vous êtes comme moi, à savoir une sale fleur bleue sentimentale, je ne peux que vous conseiller ce petit film qui ne révolutionne pas le genre mais qui reste très agréable à regarder!


En Italie, à Vérone, il existe un endroit où les âmes aux coeurs brisés peuvent laisser une lettre à la légendaire Juliette pour lui demander conseil. Sophie, journaliste trouve ainsi, une lettre égarée depuis 1957. Elle y découvre la touchante histoire d'une jeune fille et ne peut se résoudre à la laisser sans réponse. Après avoir retrouvé son auteur, Sophie décide de parcourir la Toscane pour réunir les amants que le destin à séparé il y a bien longtemps. 



Rendez-vous sur Hellocoton !

[DS] Alice au Pays des Merveilles

157 commentaires

Un jeu inspiré par Tim Burton? Il m'était difficile de passer à côté! Bien que je n'ai pas spécialement adoré son "Alice au Pays des Merveilles" version cinématographique, le design de ce jeu a attiré mon attention et j'ai décidé de me laisser tenter malgré les à priori. Et je dois avouer que, pour une fois, l'adaptation d'un film en jeu vidéo m'a littéralement séduite. Peut-être parce que justement, c'est une adaptation très libre, à peine inspirée, et qui correspond davantage à l'univers de Burton qu'à celui de Disney. Et bien que j'aime les deux, ce film m'avait donné une impression de "trop Burton pour être un Disney, trop Disney pour être un Burton". Mais là n'est pas la question, alors revenons-en au jeu!


Pour la petite histoire, et pour ceux qui n'auraient pas vu le film, il s'est écoulé 10 ans depuis que la petite Alice a déjoué les pièges de la Reine de Coeur et elle ne se rappelle plus très bien s'il s'agissait d'un rêve ou de la réalité. Mais l'arrière-pays est à nouveau menacé par la cruelle Reine et son terrifiant Jabberwocky qui est sur le point de détruire ce qu'il reste du "Pays des Merveilles". Alice est donc de retour dans ce monde plus glauque que merveilleux et devra, aider de ses compagnons Mac Twisp (le lapin blanc), Absolem (la chenille), le Chapelier Fou et le Chat du Comté de Chester (Cheshire Cat pour les intimes), sauver l'arrière-pays.

Avec Mac Twisp                                  Avec Absolem

Avec Le Cheshire Cat                  Avec le Chapelier fou

Il faut savoir que vous ne contrôlez Alice à aucun moment du jeu. Vous rencontrez les personnages au fil de l'histoire, et c'est eux qui vous permettent d'avancer. Il est possible de changer de personnage à volonté et n'importe quand, mais chacun d'entre eux à des capacités spécifiques qui permettent de débloquer les énigmes et d'accéder aux trésors et autres bonus. Bien qu'un peu déroutant au début, on s'habitue bien vite au Gameplay, et une fois maîtrisé, c'est juste un pur plaisir. Quant à Alice... si j'étais méchante je dirais qu'elle sert à rien. Elle ne sait strictement rien faire, même pas sauter d'une plateforme à l'autre toute seule ou rester seule plus de 20 secondes sans se faire aspirer par un vortex.

Non seulement il faut la défendre, mais aussi la sauver!

Dans les points négatifs du jeu, on peut noter la très courte durée de vie et la relative simplicité des énigmes et du jeu en général. J'avoue avoir été bloquée deux fois, mais j'ai fini par vite trouver la solution à mes problèmes toute seule et heureusement car trouver la solution complète de ce jeu sur internet relève de l'impossible. Mais à part ça, ce jeu est tout simplement génial, et très intuitif. L'ambiance est excellente, appuyée par une musique un peu répétitive mais qui colle à l'univers. Ce jeu conviendra autant aux plus jeunes qu'aux adultes qui ont gardé une âme d'enfants et aux fans de Tim Burton. Donc si vous avez un peu de temps libre, je ne saurais que vous conseiller de l'utiliser à tester ce petit jeu développé par le studio Étranges Libellules.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...