mercredi 29 février 2012

Zita dans la peau... d'une femme obèse!

5 commentaires
Je commence ma rubrique sur les rondes avec un sujet d'actualité : la nouvelle émission de M6 « Zita dans la peau de... » où la pseudo-journaliste commencera par se mettre dans la peau d'une femme obèse ce soir à 20h50 sur M6.



Je ne suis pas une militante pro-gros mais je pense qu'il y a pas mal de choses à dire sur le sujet. Cette bande-annonce m'a quelque peu choquée parce que pour cette "journaliste", être dans la peau d'une obèse se résumé à... manger! Ah, ces bons vieux clichés bien tenaces... Je n'ai pas envie de débattre de l'émission avant l'émission. Je la regarderai ce soir et j'y reviendrai dessus très bientôt pour voir si mes craintes étaient fondées. En attendant, j'ai une question pour vous qui lirez ceci, et j'aimerais que vous preniez la peine de répondre sincèrement :

Pensez-vous réellement que la malbouffe soit la seule raison de l'obésité? Que tous les gros mangent une baguette au petit-déjeuner et plus de 5000 calories par jour?  


Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 25 février 2012

[Anime] Aoi Hana

0 commentaires
A-Chan, Ryoko, Yasujo et Fumi

« Aoi Hana », qui signifie littéralement « Fleur Bleue » est  un animé qui parle d'amour mais d'un amour différent de celui qui est généralement dépeint. En effet, « Aoi Hana » aborde l'amour entre filles, un thème plus communément appelé "Yuri" au Japon ou "Shôjo-Ai" en Amérique. En France, on ne s'est pas encore très bien entendu sur le mot à utiliser alors je vous laisse définir vous-même celui que vous préférez sachant qu'ici, il s'agit vraiment d'amour sans cet arrière-plan pervers que les japonais ont l'habitude de nous servir dans ce genre de situation. Si vous vous attendiez à trouver des petites culottes, des grosses poitrines et des situations scabreuses, c'est dommage pour vous car il n'y a rien de tout cela. « Aoi Hana », c'est de la poésie à l'état pur, qu'il s'agisse de l'histoire, des personnages, des décors ou encore des musiques. Tout dans cet animé respire la douceur!

Akira Okudaira, surnommée Achan, entre en première année au prestigieux lycée pour filles Fujigaya. Dans le train, elle fait la connaissance de Fumi Manjome qui, elle, entre au lycée pour filles Matsuoka. En réalité, les deux jeunes filles se connaissent depuis l'enfance et s'étaient perdues de vue après le départ de Fumi une dizaine d’années auparavant. Très vite, elles vont retrouver leur complicité d'antan et Fumi, qui vient d'avoir le cœur brisé, va trouver en A-chan une confidente à qui elle pourra parler de ses sentiments sans en avoir honte. En effet, Fumi aime les filles et plus particulièrement sa cousine qui va se marier dans les jours à venir. 

Des couleurs pastels, des décors aux allures d'aquarelles, des musiques douces, un chara-design simple mais efficace pour des personnages attachants et un scénario loin d'être niais et fleur bleue justement... La véritable force de cet animé est de ne pas en faire trop, voire carrément de rester pudique. Du coup, il ne se passe pas grand-chose, il n'y a pas de rebondissements mais on ne s'ennuie pas et on prend plaisir à suivre l'évolution de toutes ces demoiselles plus attachantes les unes que les autres. Si je parle d'évolution, c'est parce qu'au travers de ces quelques 11 épisodes qui composent « Aoi Hana », leurs sentiments, leur vision des choses, leur personnalité évoluent. Du coup, il leur arrive de faire des erreurs mais ça les rend simplement plus humaines. 

Fumi et A-Chan, imagede l'opening
(la plus osée et dénudée de tout l'animé!)

Je ne suis pas particulièrement friande des yaoi/yuri parce que justement, je trouve que ce sont des genre qui jouent beaucoup (trop?) sur les clichés liés à l'homosexualité. Et bien que je ne me sente pas spécialement investie par la cause LBGT, le fait d'en fréquenter un certain nombre me pousse à avoir un avis plutôt critique sur ce genre de choses. Mais on n'est jamais à l'abri de tomber sur l'exception qui confirme la règle, et « Aoi Hana » est mon exception!

A-Chan et Fumi

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 14 février 2012

Millenium : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes - David Fincher

7 commentaires
Millenium, les hommes qui n'aimaient pas les femmes
Film Américain, Britannique, Suédois, Allemand
Réalisé par David Fincher
Titre Original : The Girl with the Dragon Tattoo
Année : 2012
Durée : 2h38
Avec : Daniel Craig, Rooney Mara, Christopher Plummer, Stellan Skarsgard...

Aujourd'hui, c'est la Saint Valentin donc je vais vous parler de Millenium, ou le film qu'on préfère dans la première version qu'on a vu (Si vous cherchez un rapport, y en a pas!)! J'ai découvert la saga Millenium via la première version cinématographique suédoise de 2009, réalisée par Niels Arden Opley, que j'avais adoré! Je me suis donc tout naturellement lancée dans la lecture de la trilogie de Stieg Larsson, et ce fut une grosse claque littéraire pour moi qui ne suis pas très friande de romans policiers. Je ne pouvais donc pas passer à côté de la version américaine signée David Fincher (Se7en, Fight Club, Zodiac etc.). Et malgré le talent incontestable de Fincher, la version suédoise reste ma préférée! Dès la scène d'introduction de ce film, on se dit qu'effectivement on est bien chez les américains! Le budget est là, et on s'en prend plein la vue mais... pourquoi? Honnêtement, ça n'apporte rien au scénario si ce n'est de bien montrer que le cinéma Outre-Atlantique est "mieux que les autres".

Bon, et après? Ben après pas grand-chose pour ma part! Déjà, j'aime pas vraiment Daniel Craig en tant qu'acteur. Quant à Rooney Mara, je ne la connais pas donc je partais sans à priori. Sauf que Noomie Rapace s'est tellement bien appropriée le rôle de Lisbeth Salander (d'ailleurs, ses talents d'actrice lui ont permis de conquérir le cinéma américain puisqu'elle est à l'affiche de Sherlock Holmes 2!) que j'ai eu du mal à l'imaginer autrement. De plus, je reste sceptique sur le look de cette nouvelle Lisbeth, brune aux sourcils blonds (pourquoi?), avec une frange "basque" (pourquoi?). Globalement, les autres acteurs, à l'exception peut-être du tuteur de Lisbeth, sont assez similaires dans les deux versions. Fincher se serait-il directement inspiré du film suédois? Ce serait peut-être la raison pour laquelle il a essayé de modifier un peu le look de Lisbeth? Who knows!

Noomie Rapace ou Rooney Mara?

Concernant le scénario, l'oeuvre de Stieg Larsson est dense. Difficile donc de tout caser en moins de 3 heures. Le réalisateur suédois avait pris le parti de modifier certains éléments afin d'en approfondir d'autres. De ce fait, l'enquête de Mikael Blomkvist était très bien menée et tous les membres de la famille Vanger était vraiment décortiqués. Fincher a apparemment pris le parti de respecter plus le roman, il a omis certains éléments mais n'a pas changé ceux qu'il a intégré au scénario. Et c'est bien, je suis souvent la première à me plaindre quand une adaptation s'éloigne trop de sa source d'inspiration. Sauf que pour le coup, j'ai trouvé que l'enquête était bâclée, trop rapide en plein milieu d'un film long à démarrer et long à finir. Je ne me suis pas ennuyée mais je me suis demandée, sincèrement, si sans avoir vu la version suédoise ou sans avoir lu le livre, j'aurai compris vraiment l'histoire et les liens de cette famille plus que nombreuse. 

"Millenium", revue d'investigations sociales et économiques dirigée par Mikael Blomkvist. Celui-ci est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d'une île, Harriet, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et écorchée vive, placée sous contrôle social mais hackeuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu'il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés afin de découvrir la vérité sur ce qui est arrivé à Harriet.

Après tout ça, vous vous demandez peut-être si je regrette d'avoir payé ma place? Et bien bizarrement, non. Le film a quand même des qualités et comme je l'ai dit plus haut, je pense qu'on a tendance à préférer la première version qu'on a vu. Surtout que dans mon cas comme j'ai lu le livre après avoir vu la version suédoise, j'ai imaginé pendant 3 romans entiers les personnages tels qu'ils étaient dans ce film. Donc mon conseil, c'est de vous faire vous-mêmes votre propre opinion sur la saga Millénium en étant curieux, le mieux étant évidemment de se lancer dans la lecture des romans. Quant aux films, je dirais que les deux se complètent globalement. Ils abordent chacun des aspects différents de l'histoire. Choisis ton camp, camarade!




Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 8 février 2012

[Anime] Mai-HiME

1 commentaires

Bien que toute l'actualité soit tournée autour de la fermeture de Megaupload, la plupart d'entre vous ont sans doute appris la fermeture de Beez, l'éditeur DVD spécialisé en animation japonaise. De ce fait, les séries licenciées par cet éditeur sont actuellement vendues par Bandai France S.A. et uniquement jusqu'à épuisement des stocks. Après, il sera difficile de se procurer certaines séries et c'est la raison pour laquelle je me suis décidée à prendre l'intégrale de Mai-HiME, un animé de 2004 que j'avais purement et simplement adoré! Du coup, j'en ai profité pour le faire découvrir à mon chéri et en quelques jours, on avait bouclé les 26 épisodes de la série.

Mai Tokiha et son petit frère Takumi arrivent à l'académie Fuuka pour poursuivre leurs études. Mai découvre alors qu'elle possède d'étranges pouvoirs et qu'elle est une HiME (Highly-advanced Materializing Equipment) au même titre que d'autres élèves de l'académie. D'étranges évènements vont alors se produire, et notre héroïne devra mettre en jeu ce qui lui est le plus cher pour tenter de sauver ceux qu'elle aime. 

Dis comme ça, je vous accorde que ça n'a pas l'air de casser des briques. D'ailleurs, il faudra passer les 8 premiers épisodes qui mettent en place l'histoire et les nombreux personnages pour commencer à comprendre tout l'intérêt de cet animé qui, au premier abord, ne semble pas aller très loin. Mais une fois passé ce début, certes un peu long mais néanmoins nécessaire pour comprendre la suite des évènements, le scénario prend une tournure totalement différente, les situations inattendues s'enchaînent très vite (trop vite?), et on a pas vraiment le temps de souffler mais on en redemande. Dans Mai-HiME, on pleure, on rit, on est surpris et toutes ces émotions sont plutôt bien dosées. On pourra reprocher à certains épisodes d'être un peu trop légers, je pense notamment à l'épisode du karaoké, du concours de cuisine ou encore de la plage qui sont finalement trois thèmes récurrents dans beaucoup d'animés. Mais personnellement, j'ai trouvé ces épisodes un peu reposant après trop d'évènements. Reposants pour nous mais aussi pour la pauvre Mai qui encaisse beaucoup mais n'a pas vraiment le temps de se laisser aller. Un autre reproche qui pourrait être fait à Mai-HiME, c'est l'abus de « fan service » mais là encore, je répondrais que ça n'entache pas la qualité de l'animé à mes yeux. Il se passe tellement de choses que les petites touches légères et humoristiques nous permettent de lâcher un peu prise!

Natsuki et Nao au karaoke

Donc vous l'aurez compris, le principal point fort de Mai-HiME c'est son scénario aux multiples rebondissements. Mais les personnages font également partie des qualités de l'anime. Ils sont plutôt nombreux mais aucun n'est laissé pour compte. Chacun d'entre eux est bien travaillé, bien approfondi, et ils sont tous très bien intégrés à la trame de l'histoire. Je veux dire par là qu'ils arrivent au bon moment, de la bonne manière et qu'on découvre peu à peu qui ils sont vraiment. Du coup, on peut très vite avoir un coup de coeur pour un personnage et se rendre compte de sa vraie nature, tout comme en détester un au premier abord et se rendre compte qu'en réalité c'est quelqu'un de bien. Ce qui fait qu'au final, on a rarement un avis arrêté sur les personnages de Mai-HiME. Chacun a ses propres intérêts, ceux qui apparaissent comme gentils peuvent agir de façon égoïste ou déraisonnable et ce qu'on pourrait croire méchants font preuve de compassion et de générosité. Personnellement, j'ai beaucoup de mal à décider qui sont les personnages que je préfère mais une fois n'est pas coutume, je crois que les trois héroïnes, Mai, Mikoto et Natsuki, sont celles que je préfère. Mais j'aime beaucoup la douceur que dégage Mashiro et Akane, l'espièglerie de Nagi ou encore le caractère extraverti de Midori ou d'Haruka! En somme, il y en a pour tous les goûts.


En somme, je ne regrette absolument pas mon achat et Mai-HiME est vraiment un animé que je conseillerai sans hésitation! Par contre, à regarder exclusivement en VOST parce que le peu que j'ai entendu de la VF m'a arraché les tympans. Evidemment ça n'engage que moi mais je vous aurai prévenu :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...